Oblate sisters samplers Baltimore 01

Oblate sisters

  

L'ouvrage de Mary Pets

qui a été à l'origine de cette petite série d'articles sur les samplers de Baltimore

a été brodé en 1831,

une trentaine d’années avant la guerre de sécession.

  

A la frontière entre le nord industriel et le sud agricole,

Baltimore attirait déjà de nombreux esclaves affranchis.

Un sixième de la population était noire, des esclaves affranchis du sud,

mais aussi de nombreux caribéens.

Oblate sisters samplers Baltimore 10

  

Car c’est à Baltimore que vont s’installer aussi de nombreux catholiques francophones,

fuyant la révolution française pour certains,

mais venant le plus souvent des Caraïbes, de Saint Domingue (Haïti)

pour échapper à la révolte menée par Toussaint l’Ouverture.

 

C'est dans ce contexte que Mary Pets a brodé son sampler. 

Et elle nous précise même qu'elle l'a brodé 

à l’école des Sœurs Oblates de la Providence

"Worked at the Oblates school"

  

Cette précision nous permet de savoir que Mary Pets

était noire,

sans doute catholique,

et qu’elle savait parler français.

 

Ce sont deux réfugiées de Saint Domingue, Elizabeth Clarisse Lange et Marie Balas,

qui vont être chargées d’ouvrir la première école catholique pour enfants de couleur

(mais il existait déjà des écoles protestantes de ce type).

Oblate sisters samplers Baltimore 02

Soeur Mary Lange

 

A l’école des sœurs de la Providence  

on recevait une instruction religieuse bien sûr,

on y apprenait  l’anglais et le français

car n’oublions pas que la population francophone était importante dans la ville,

 l'arithmetique, l'histoire, la géographie, la musique ....

 

Oblate sisters samplers Baltimore 03

Photo postérieure à 1906 comme en témoigne le changement de costume des soeurs

   

On y apprenait aussi l’entretien du linge ainsi que la couture et la broderie :

tout ce qui pouvait permettre aux  filles

de tenir correctement leur maison plus tard,

ou de trouver un emploi de femme de chambre par exemple.

Oblate sisters samplers Baltimore 04

Atelier de couture

  

Les travaux d’aiguille étaient essentiels

car ils étaient une source de revenus importante pour l’école,

on y brodait notamment de nombreux vêtements liturgiques.

    

Si le clergé était leur principal client,

les soeurs brodaient aussi pour la population riche de la ville,

il convenait donc de suivre le goût de l’époque.

  

Alors les samplers des élèves des Oblates sont en tout point identiques

à tous ceux brodés à Baltimore à ce moment là, c’est-à-dire …..

la fameuse maison, son parc, sa grille et son portail dont nous avons déjà parlé.

  

Mary Pets 1831 ORIGINAL

 Le sampler de Mary Pets1831

  

Oblate sisters samplers Baltimore 05

Celui de Frances Bush 1830

 

Petit à petit la mode des samplers à grande maison va évoluer,

la laine va remplacer la soie ....

  

Oblate sisters samplers Baltimore 06

 Mary J Greenfield 1843

  

... et les élèves des Oblates se mettront aussi à broder les motifs de Berlin

quand ces derniers vont envahir les toiles des brodeuses.

 

Oblate sisters samplers Baltimore 09

Sarah Solomon 1849

  

Oblate sisters samplers Baltimore 07

Olevia Rebecca Parker 1852

Vous pouvez trouver la grille chez the Essamplaire.

 

Pour vous raconter les samplers de Baltimore,

j’ai été aidée par Gloria Seaman dans la revue SANQ,

par Betty Ring dans son ouvrage Girlhood Embroidery

et par Mary Jaene Edmonds dans son livre Samplers & Samplermakers.

 

Un dernier sampler de Baltimore

pas fait chez les soeurs de la Providence celui là

bien qu'il ait un air de famille avec celui de  Mary Greenfield.

Mais je voulais vous le montrer car il témoigne du petit parfum de France

qui soufflait à Baltimore à l'époque 

puisqu'il est intitulé "Vue d'une cascade à Paris"

Oblate sisters samplers Baltimore 08

Lucinda Holton 1837

    

Bon week end à toutes et à tous.