Andree_de_Madrille_1916_01

 

En 1915, Andrée brodait une petite marquette rouge,

ne voulant même pas imaginer que cette guerre

pourrait  durer encore 3 ans.

 

Dans le journal d'Ouvrages de Dames posé sur le guéridon du salon,

Andrée pouvait voir des gravures représentant les soldats marchant dans la neige.

 

La guerre était partout,  jusque dans

les plus humbles pochettes à oeufs  proposées par la revue.

 

Andree_de_Madrille_1916_03

 

 

Tout était devenu rare et cher, le tissu et les fils n'échappaient pas à la règle.

 

Andree_de_Madrille_1916_04

 

 

La revue devait proposer des robes de deuils à ses jeunes et élégantes lectrices.

 

Andree_de_Madrille_1916_05

 

 

Elle leurs rappelait aussi combien les envois de chaussettes,

conserves et tabac étaient appréciés.

 

Andree_de_Madrille_1916_06

 

 

Et aux petits garçons, elle proposait des soldats articulés en papier colorié.

 

Andree_de_Madrille_1916_02

 

 

Et oui, une marquette rouge peut être le témoin d'une guerre.

Alors pour ce 11 novembre, broder la reproduction ce petit ouvrage d'Andrée de Madrille,

c'était se souvenir un peu de tout cela.

Brodé en 1/1,  sur une toile anonyme sortie de mes réserves

avec des DMC